Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 juin 2007 1 04 /06 /juin /2007 20:31

J’ai failli m’enchaîner à un munster pour que le fonctionnaire de La Police Nationale daigne s’occuper de ma procuration dans une unité-temps qui ne concourre pas au Guiness. Quitte à éveiller l’attention, autant y aller fort et laisser un souvenir sympa au Fonctionnaire du Mois de la Pause Midi - le plus ponctuel à pointer à la purée de carottes Nationale de la caféteria Nationale. En fait, je n'ai pas eu besoin de dégainer cette solution ultime. Je suis passée en même temps que deux motards qui se sont gourés un minimum remarquable de 12 fois sur leur fiche, et qui doivent encore y être a l’heure qu’il est. "Quand on dit prénom(s) , on ne demande pas les surnoms, Monsieur". Donc après avoir compté une bonne dizaine de fois les enfants disparus, traduit les infos sur les violences conjugales en croate, et grillé au briquet le pelage mité d’un animal qui ressemblait vaguement à roquet en rut passé au blender, j’ai grillé mon monde. Bel effort, mais on retiendra de ce bref passage en territoire National que l’éveil n’est pas un critère de sélection au concours de police. Toujours est-il que ma famille pourra remplir mon devoir à ma place pendant que je me ferai bronzer le dim sum sur les plages de Lamma. C’est beau la 5e République.


 

Sinon, nouvelle du jour : je suis une überbitch, c’est mon horoscope qui m’a révélé ce nouvel état intérieur. Perplexitude : une âme charitable et/ou bien informée pourrait-elle me renseigner sur l’überbitchitude ? C'est comme une greluche mais à un niveau tantrique? Quelle idée aussi de cliquer sur les pops-ups de People.com. Je voulais juste voir si Roselyne Bachelot, à défaut d’être sur Facebook, était dans le Who’s Who. Je suis tombée sur le fils de Celine Dion, oui fils qui normalement rime avec « j’ai un pénis », mais là rime plutôt avec «j’ai le cheveu überlong et überlisse ». Ce gamin va avoir les cheveux qui saignent quand on les lui coupera pour le service militaire en Irak. A moins qu'il soit interné avant, en découvrant qu'il descend d'un oeuf coque barbu et d'une cruche surémotive. Donc, en bonne überbitch, je vais suivre ma propre définition; je vais arrêter de m’empêcher de traverser quand le feu est vert pour les voitures, chambrer tout fort le lumineux look de championnes des wesh-girls du train Paris-Charleville,  griller dans les queues du Parc Astérix et me casser un ongle devant le préposé aux chaises volantes pour l’apitoyer, et manger des fraises en novembre pour que le réchauffement climatique me donne un bon 20°C en décembre. Quitte à être bitch, autant que ca serve l'humanité.

Repost 0
Published by La Mouette - dans wizlamouette
commenter cet article
29 mai 2007 2 29 /05 /mai /2007 18:34

Parcourant d’un œil inhabité le Biba[1] de ce mois-ci (j’avais laissé mon neurone collé au bord de la casserole pour avoir voulu lécher de trop près du caramel) mais muni d’un retour à la ligne automatique en option de série, mon iris d’un marron magnifique appelé aussi  marron commun à  98% de la terre  déboule sur la page Bibathérapie, paragraphe « 10 façons d’être heureuse à un mariage ». Cette catégorie d’article explore en général le spectre des choses de la vie d’un œil neuf et moderne, id est : pour vivre vraiment selon de saints préceptes,  on doit tous arborer des mitaines de tong en buvant de l’exsudat de graines germées pour dire à nouveau oui à la vie. Que nous conseille aujourd’hui l’inénarrable J.P. pour suer de la joie au mariage de son meilleur ami? Entre de judicieux conseils type faire rimer fringues et meringues, ou encore bras en l’air, on pique les yeux du public en trémoussant ses Optic 2000  sur du Gilbert Montagné, se glisse un des avis les plus stupides des trois dernières ères glaciaires : Pour que la fête soit plus folle, on cadre mal exprès les photos et on laisse son doigt traîner sur l’objectif. Hallucinée, je lis dans la phrase dans l’autre sens, essaye de la traduire en araméen, saisis mon briquet, fais chauffer la feuille pour y déceler de l’encre sympathique, vais boire un jus de citron pour changer de perspective, rien à faire, la phrase ne change pas de signification. Alors je sais pas vous, mais moi qui depuis 23 ans fais semblant à la fin de toutes les vacances d’avoir perdu la pellicule pour éviter de filer aux gens les photos du coin gauche du micro onde de la location, du cousin Jérôme en plein effort agrémenté d’un bel « index de l’artiste » ou des monuments européens en mode flou, je l’ai mauvaise. Tant de prix Cartier-Bresson condamnés à la poubelle. C’est moche. Sauf que j’ajouterais que dans toutes les familles traînent de vieilles rancunes décennales qui accusent la cousine célibataire d’avoir délibérément laissé un bout de son chapeau flotter sur la série de photos officielles du mariage, ce qui a pourri tous les arrière-plans de la série «buffet de campagne». Rater des photos d’accord, mais rater des photos de mariage, c’est passible d’un an de Serge Lama, avec les basses boostées et tout. On ne rigole pas avec ça. Les bons conseils dans les magazines féminins sont maigres comme une intention de vote communiste.

 Sinon il paraît que le nouvel aliment à la mode c’est le thé matcha. Badigeonné en masque, tissé en tee-shirt, broyé en coke bio. Et ça donne aussi des gâteaux verts. Appliqué à la vraie vie de tous les jours, si je fais des cakes au thé matcha pour la fête des Mères, je vais me prendre une rafale de remarques pertinentes se souciant de savoir si je sors avec un alien, si ça scintille la nuit, si ça peut occire Spider Man ou plus basiquement tuer le chien d’à côté, si je peux en refaire en modèle plus petit pour constituer la rangée de cyprès d’une maquette des soldats de plomb « scènes de guerre au Vietnam », si c’est ce gros muffin, là,  qui a déclenché les raz de marée à la Réunion, ou si  après le dessert on fera pipi vert . Admirable vague du bio, qui nous ferait porter aux oreilles des pommes de terre sculptées par des fermières guatémaltèques juste pour se sentir éthique. Moi je me sens, juste, et de ce fait, je préfère l’argent, ça moisit moins vite.

 Biba, c’est quand même la chronique des gens hypes.

 


 

 

 [1] BIBA : Mensuel féminin qui fait la promotion de la technique « Belle, Intelligente et surtout Bonne à Arnaquer »

 

 

 

Repost 0
Published by La Mouette - dans wizlamouette
commenter cet article
21 mai 2007 1 21 /05 /mai /2007 12:16

Juste une pensée très affectueuse pour accompagner jusque là-haut la seule personne qui ait jamais su faire aimer les chiffres aux filles "mathématiquement  les plus atrophiées du cerveau" que sont les soeurs Allain.. si  son rire et ses gourmandises vont inévitablement nous manquer, on sait qu'un oeil rieur veille désormais sur nous :) Merci Joëlle.

 

Repost 0
Published by La Mouette - dans wizlamouette
commenter cet article
18 mai 2007 5 18 /05 /mai /2007 12:23

Je sais pas vous mais moi je me poile tous les jours devant cette polémique sur le petit bandeau « manger bouger ». Soyons honnêtes, il énerve moins le spectateur par son caractère moralisateur que parce qu’il cache les cuisses galbées de l’écervelée  qui fait dédicacer son Kinder Bueno à un athlète déguisé en Incognito plutôt que de lui céder servilement (message caché : le Kinder Bueno trouble l’ordre de tes priorités, ne le consomme pas en cours de baby-sitting, tu risques fort de te retrouver à lire Oui-Oui en vacances à une pizza quatre fromages pendant que bébé bronze dans le four). C’est vraiment nous prendre pour des greluches que penser qu’un bandeau à moitié transparent qui défile trop vite pour qu’on s’y attache et pas assez pour rendre le pot de 500mL de Ben&Jerry puisse changer les comportements. Autant consacrer une partie du budget de l’Etat à faire des pubs avec effets spéciaux qui convaincront les gamins que les haricots en fait c’est des frites vertes. Et molles, d’accord.

 Sinon j’ai pour projet d’ouvrir le parc National de la Greluche. Astérix et Disney, c’est ringard, et après constation du nombre d’andouilles de 1année qui ont débarqué la nuit dernière dans les douves de l’Interasso en robes ralatouffe et en  ballerines - alors que quand même on avait pas vu une gadoue pareille depuis l’activité « Déluge et Reproduction » du brave Noé - je me dis que quand bien même mon parc serait situé dans la Diagonale du Vide qui englobe Cormontreuil, il y aurait du public : Reims se surpeuple en greluche. Alors après il faut intelligemment penser les activités pour ne pas trop déranger la frange des clônes de Jessica Simpson. Et remplacer  l’inénarrable hotdog-pomme d’amûr, formule à 13€50, par des salades roquette/batavia, bien plus nourrissantes. Faire le grand saut bien calé dans un petit wagon en forme de Wonderbra ! Se faire peur dans l’Antre de la Greluche, où les rails serpentent dans le noir en croisant la route de Tara Reid pas maquillée, de Melanie Griffith au réveil (c’est là que le collagène en surpopulation s’exprime le mieux) ! Sauter à l’élastique dans une cuve,  déguisée en Neurone de Greluche, pour voir se que ça fait d’errer tout seul dans une boîte crânienne à la recherche de connexions improbables avec l’intelligence ! Bien sût, tarif réduit pour les bandes qui arrivent en se tenant par la main en gloussant (penser à établir un gloussomètre). Bref, tant de champs à explorer.  Ca me fatigue d’avance, je vais aller étudier notre nouveau gouvernement.  

 

Flash News: si Juppé a triomphé d’une condamnation et d’un exil, on saluera l’instinct de survie de Roselyne Bachelot qui a survécu à l’exil des cachalots de la Baltique. Investissez dans les lunettes de soleil, les tailleurs qui piquent les yeux sont de retour au gouvernement.

Repost 0
Published by La Mouette - dans wizlamouette
commenter cet article
15 mai 2007 2 15 /05 /mai /2007 15:27

En ce jour magnifique du mois de mai où il était censé faire beau, mais où on se retrouve noyé simplement parce que là haut c’est la journée "Promo du mois sur l 'arrosage automatique » au Casto du Paradis Périphérique Nord – ne nous plaignons pas, en-dessous de la Réunion en Enfer c’est la journée nationale de la holà, du coup le restaurant de plage préféré de Drin se retrouve au paradis des restos – je duplex avec HongKong en mode MSN, et voilà ce que je reçois : http://www.delation-gouv.fr.. 

 Site efficace s’il en est, pour égayer un après midi maussade. Pour ceux qui n’ont pas le site sous les yeux, efforçons nous de résumer en quelques traits toutes les possibilités de poilade qu’offre ce site. Sous un chapeau attractif qui slogue (SI ça existe, ou alors ce verbe vient juste d’atteindre l’existence, mazeltov c’est un garçon) : « Pour une France plus efficace, nous simplifions vos démarches », vous avez la possibilité de balancer une connaissance, un voisin, votre chien ou les pétoncles du dernier déjeuner chez Mémé au tout puissant département de la Justice Française. Un certain nombre de comportements déviants sont déjà pré-remplis. Cela va de « est bizarre », à « est bronzé toute l’année », en passant par « ne croit pas au plein emploi d’ici 5 ans ». Mes deux préférés sont « A fait des remarques (désobligeantes) sur la décongélation de Mireille Mathieu » et « vit au dessus de mes moyens ». Lecteur avisé, ne te fie pas uniquement à ces catégories pour dénoncer tes proches, il n’y en a qu’une dizaine, alors qu’il il y a moultes façons de faire le désert autour de soi en envoyant tante Georgette et l’épicier du coin au goulag. Fais preuve de bon sens, un exemple n’est qu’un exemple, il ne te servira à rien si tu as laissé ton cerveau dans ton autre pantalon. A noter, au cas où ta délation te conduirait en prison, pour avoir rigolé de la coupe de Douste ou pour avoir laissé ton voisin fumer du géranium (non assistance à personne en danger), on t'accordera un crédit d’impôt de 10% sur ta caution. La France devient magnanime dites-moi. 

 Un onglet croustillant permet de poursuivre le parcours Poilade : L’élite des délateurs. On y fait la connaissance de Mme X (délation anonyme oblige) qui charge son beau-frère René avec le reproche suivant : «  René, gros con, t'es parti avec les clés du Kangoo. Peux-tu les donner à Michel, on doit impérativement récupérer Mémé à l'hosto avant 15h sinon on sera en retard pour le pot de départ de Quéquette. ». De Mr X qui dénonce Carrefour pour le motif « Le poulet a tenté de se tirer du chariot et a déversé sa sauce partout dans le caddie... Signe de fraîcheur du produit…il bouge encore ».Citons enfin Y, qui s’auto dénonce parce qu’il est noir et a voté blanc. Vous pouvez donc ajouter en toute impunité votre touche personnelle. Par exemple, il serait de bon ton d’attirer les spotlights sur l’employée de la caisse des impôts qui compense un physique ingrat par une sensualité proche de celle du béton cellulaire, parce que tout simplement ça te gêne. Comme la France devient rétroactive, si Caïus Pupus trouve que tu as grugé dans ta déclaration, tu pourras toujours dire que c’est le sex appeal à piles de l’employée qui t'a tout enduit d’erreur. Ou alors, envoie donc à la Justice le signalement de cet homme que tu as vu dans le public du pavillon Balthar qui n’a pas ri aux blagues de Marianne James en même temps que tous les autres : ça, c’est un VRAI signe d’intelligence, cet homme est dangereux.

Terminons la visite du site par la section recrutement, qui m’intéresse vivement en cette période de recherche intensive d’emploi (Ceci est un message subliminal pour les recruteurs potentiels qui navigueraient sur le site, mais bon je me fais pas trop d’illusion, s’ils sont arrivés jusqu’à ce post, il est possible que je sois blacklistée de toutes les organisations mondiales du bon sens. Alors, si tu es recruteur, ou bien tu oublies tout ce que tu viens de lire, ou bien – mieux - tu allais lire : tu peux aller te chercher un café et te casser la papatte à la machine à café, pour oublier que ce site existe). En ce qui concerne les offres d’emploi donc, si tu as déjà dénoncé quelqu’un ou que tu te sens prêt à travailler pour keudalle pendant 100 ans, tu es prioritaire. 

 Notons pour terminer sur une note positive qu’il y a déjà près de 360 000 délations. La France marche vers une population plus juste où les poissons rouges ne pourront plus afficher leur couleur impunément. Vive la France d’après demain.

Repost 0
Published by La Mouette - dans wizlamouette
commenter cet article
14 mai 2007 1 14 /05 /mai /2007 00:29

Tiens, postons une fois tous les quatre ans. C’est vrai quoi, je n’ai jamais meilleure audience que lorsque je ne poste rien, tu te ficherais pas un peu de ma tronche parfois, lecteur du dimônche ? Ou alors, je poste du rien. C’est selon. Exprime toi, je sais pas moi, vote, c’est tendance.

En plus ce qui est bien poilant c’est d’imaginer l’expression de celui qui aura voulu cliquer sur RATP Itinéraires ou Les brêves du Journal de la Santé dans sa petite colonne de Favoris Internet Explorer, qui aura rippé sur mon lien wizlamouette et eu des sueurs hallucinatoires en voyant un relent bien laborieux d’activité sur la mouettopage. Non, ce blog n’est pas mort, il peaufine la technique du bernard l’hermite des îles : avoir l’air mort pour mieux ressuciter, une technique oubliée depuis 2000 ans – rhoooo, la mauvaise blague. Créatif et stylé. Le Véronique et Davina de la paresse. 

 En même temps, que pourrais-je bien raconter ? Un moment donné je voulais écrire sur les demis retours , façon mi-cuit de la politique, de notre éternel Jospin-sur-le-départ-voiàtypasquej’reviens: tu penses bêtement qu’il est définitivement retiré du four mais il est encore coulant à l’intérieur alors il revient par dessous faire coucou. Mais un post entier sur notre Harry Potter vieux national, c'est à peu près aussi motivant que de discourir sur la disparition précoce du mérou dans les eaux méditerranéennes. Même Spinoza te fait plus lever les poils des bras.

Je peux aussi t’entretenir des pérégrinations dantesques par monts et par vaux et surtout par la ligne A du RER de la parisienne branchouille bien décidée à trouver le jean qui ne fera pas d’elle le 867millième clone de Kirsten Dunst; Oui, tu m’a bien cernée depuis le temps : greluche et superficielle, du bois dont on fait les meilleures, donc. Mais je n’ai pas non plus forcément envie de dégringoler de 3 échelons sur l’échelle de Richter de ton estime, vu que je dois déjà être à –2 - au bout d’un moment le carrelage ca raye les dents. J’aimerais bien aussi un jour passer la barre des 20 000 pages vues sans que mon blog soit torpillé par le gang des anti-lentilles cérebrales. Donc, exit le sujet greluche.

Que reste t’il. La sécu et ses employées payées au bon mot. Les pubs oussondonkléveloutés, impossibles à extirper de la surface du cerveau qui te sert à dialoguer avec les vivants, qui agit quand le contrôleur du bus s’enquiert de ta détention d’un titre de transport: invariablement tu lui demandes où sont ses veloutés. Eve Angéli faite chevalier des Arts et des Lettres, ce qui craint sec du boudin quand on y pense. Bref, pas d’inspiration, pas de post.

Repost 0
Published by La Mouette - dans wizlamouette
commenter cet article
28 mars 2007 3 28 /03 /mars /2007 13:19

Je ne poste plus. Pas d'inquiétude, je me suis juste faite manger par un siège. 

Un moment d'inattention, sans doute. L'estomac est pas très spacieux mais on y fait des rencontres intéressantes. Ghandi vient par exemple de me battre à Chi Fu Mi, et j'ai appris par Charlemagne que Berthe aux Grands Pieds piquait dans le garde manger. Je vous tiens au courant. Bye.

Repost 0
Published by La Mouette - dans wizlamouette
commenter cet article
26 mars 2007 1 26 /03 /mars /2007 05:17

Huhu j’hallucine, je note deux aspects culinaires au milieu d’un paragraphe animé et touchant sur la vie des vieux en Chine, et vous ne retenez que ça ? Et après c’est moi qui suis focalisée la dessus… personne n’a eu une larmichette pour le pauvre hère à pédales, c'est honteux. Je vous renie, je vous conspue, je vous déshérite de ma collection d’os de poulet gravés au pollonium.

 

 Aujourd’hui, la nuit. Prenez vos livres à la page 102. Les nuits de Gao ming sont pleines de surprises. Tu t’embarques benoîtement pour un  dîner sur les coups de 7/ 8h, tu vas prendre un verre au New Face (repère des jeunes branchés reconnaissable à leur coupe de poulpe électrocuté) histoire , penses tu, de finir la soirée, mais de parties de dés en kampeï tu te retrouves à faire la fermeture, le patron te pousse pour sortir, t’embarques dans un taxi pour un deuxième dîner avec des gens venus de nulle part, et tu te retrouves dans ta chambre un peu groggy vers les 5/6h à te demander comment ton réveil va s’y prendre, sans bras, pour te réveiller. Mais la nuit à l’avantage d’éclairer d’un jour nouveau (expression bécasse s’il en est, il fait nuit on a dit) les turpitudes des petits locaux. Marcel pédale gaillardement sur son vélomoteur pour livrer à temps ses 274 bottes d’algues aux restaurants du coin. Au feu rouge, il s’arrête dans un équilibre précaire - les algues ca glisse. Oui, le chinois ne respecte que deux choses sur terre : le billet de 100 RMB et le feu rouge. Juste à temps, en travers, en tête à queue, au milieu de deux voies, mais il s’arrête – et attend. Le feu passe au vert, Marcel relance sa pétrolette, mais la pétrolette ne relance pas Marcel : il se retrouve stupidement en panne au beau milieu d’une 2 x 4 voies vide, à la ligne de feu, avec un 5 tonnes derrière qui klaxonne. Allez savoir pourquoi le camion ne le double pas... Nous on est passé à toute berzingue à côté, en rigolant, un peu.  Peut être les deux y sont toujours. Faudra repasser, pour voir. Voyons le bon côté des choses, si ça s’était passé en plein jour, Marcel auraient eu 800 camions de fournitures, des exilés de la Mer Noire, le gouvernement et des ânes du Machu Pichu en rogne derrière lui. D’autre part, la nuit, on peut hocher la tête de manière appuyée même si on ne comprend rien à la visite guidée de la région par Hua Siji en patois du Guangdong, genre « ah ouiii, ce que tu me montres au loin, c’est le gouvernement/ton école/la ferme de ton grand-père (rayer la mention inutile) – ah non ce qu’il voulait dire, c’est juste ferme la fenêtre », de toute façon, on en voit rien. Mais, on est plus crédible. Hier donc, on a passé pour la première fois la soirée CHEZ un chinois, invitation aussi rare qu’appréciable. Les chinois reçoivent toujours au restaurant, jamais chez eux. Une sorte de ferme communautaire où tout le monde vit ensemble avec les animaux et les tracteurs bizarres. La famille entière avait été mise à contribution pour désosser bœuf, poulets, canard au hachoir à mammouth, et nous préparer un dîner super sympa – d’autant qu’on était à peu près 8 ou 9…Kampeï au lait de soja tiède, apéritif aux mini mangues et aux clémentines.

 

Mention spéciale à Yannick qui par ce chaud dimanche de mars a eu le courage de confier sa tête au coiffeur préféré d’A Qin et qui a hérité d’une coupe ‘Poulbot du Marais’, fort heureusement aisément modifiable avec un peu de gel. Mais oui elle va te reconnaître quand même ta chinoise du bar d’hier….

Repost 0
Published by La Mouette - dans wizlamouette
commenter cet article
23 mars 2007 5 23 /03 /mars /2007 02:33

La technologie pourrit mes poncifs bien ancrés par les BD de Tintin et c’est plutôt déstabilisant. Sur le chemin de l’usine, le matin, par exemple,  on croise souvent un vieux pépé ultra pouilleux sur un tricycle rouillé. Poncif n°1 : il dodeline de la tête, coiffé à la Mao, en récitant les pages 34 à 78 de son petit livret rouge. Poncif n°2 : il trimballe dans sa carriole un amas de déchets plus ou moins recyclable qui refoule l’essence, l’huile et le poisson, en annonçant son passage d’un cri récurrent autant qu’incompréhensible type « Waanebaaa. Wanebaaaa. Wa-ne-baaAaaaAAaaaaaaaaaaaaaa ». Jusque là, le pépé rentre dans les critères du comics, le pauvre chinois qui recycle pour vivre, en attendant de trouver le Tintin (qui lui tapera dans le dos d’un bon geste paterno-colonialiste, mais ça on est pas censés remarquer). Mais au Poncif n°3 : il plonge la main dans sa poche pour en sortir un mouchoir crasseux afin d’essuyer les gouttes de l’effort qui perlent sur son visage grimaçant (tu remarqueras, cher lecteur, que j’ai étudié jusque dans ses moindres recoins les bulles de Tintin et le Lotus Bleu), un événement inattendu vient bouleverser la théorie Tintin : le pépé s’arrête, (crache), plonge effectivement la main dans sa poche, mais de mouchoir que nenni, c’est un portable LG nouvelle génération avec radio et télévision qu’il porte à son front. A son oreille. Limite tu t’attends à ce qu’il claque un « Hey sugar, what’s up» en décrochant. Je m’en serais liquéfiée de désillusion, mais ça aurait été un mouvement encore trop rapide pour mes colocs – il faut savoir que, comme l’année dernière, leur vitesse de croisière sur le chemin de l’usine avoisine les 12 mètres à l’heure. Le but en fait c’est de marcher le plus lentement possible pour que tu ais l’impression de reculer – et même parfois, ça marche : tu recules.Mais c’est vrai que du coup elles ont la concentration maximale pour poser la tennis blanche immaculée là où ça ne se salira pas.

 Petite info à usage de qui se reconnaîtra : Oui, ici, je mange des aubergines tous les jours et personne n’en rigole. Je pense dès à présent établir ma carte de séjour ici, ou monter une association en faveur des discriminés de l’eggplant. Aujourd'hui à midi en revanche, dans la soupe de l'usine floattait des morceaux de tofu noir. Enfin, ce que j'ai pris pour du tofu, jusqu'à ce qu'AQin m'assène d'un ton docte :"Blood is very good for  health". C'est donc bien du sang (devrais je dire, des caillots? Mais non, vous sortez de votre petit déjeuner, j'épargne), qui coagule l'allure en une gelee ferme et tendre quand il est plongé dans l'eau bouillante, qui flottait dans ce liquide clair, et qui a eu le bon goût de justement de pas en avoir de prononcé, de goût. A l'heure où j'écris, je me sens euh. Vaseuse. J'ai un peu peur de vivre une expérience "Visiteurs" à la comte de Montmirail, m'évaporer dans les airs avec un nez en forme de groin et atterrir dans une cour de ferme dans le Honduras du 11e siecle.

 Sinon, côté audiovisuel des choses, la techno monobeat (=un seul rythme de boum boum ponctue des paroles suraiguës et répétitives) a atteint Gaoming, c’est dommage, j’aimais bien les rengaines romantiques larmoyées par des Maoettess en twin-sets. Et je ne saurai jamais qui de la fille de la compta ou de la fille du département juridique a fini par chopper le directeur du cabinet d’avocats de Hong Kong : la série Love Affairs (18h35, CCTV3) est terminée depuis 2 mois.

 

 

 

 

Repost 0
Published by La Mouette - dans wizlamouette
commenter cet article
22 mars 2007 4 22 /03 /mars /2007 07:15

Les garçons demandaient hier (enfin SEMBLAIENT demander, puisque notre système de communication ressemble de près à un téléphone arabe pour Corkys de fortune - Peter pose une question, je comprends 1 fois sur 10, les 9 autres fois Ellen me traduit, je réponds, elle traduit. Souvent on se retrouve dans des situations absurdes : il me répond « oui, il faut aller a droite» à « tu préfères une glace au poulet ou un Nugget au chocolat ») Donc, ils demandaient, à quoi ça sert une fille dans une maison. Hors contexte, ça peut paraître un poil incongru, mais ça s’intègre dans une conversation sur nos appartements respectifs, 100% girly avec les pyjamas à chatons de mes colocs, et 100% testostérone de l’autre coté avec Peter, Kevin et Steve. Et donc, je demandais benoîtement si ça ne leur manquait pas, une touche féminine dans leur appart. D’où le tranchant et très caustique «  Une fille, pour quoi faire ? ». Mes arguments : comme ça tu peux lui piquer en douce du vernis, ou encore plus pragmatique, au moins 25% des habitants de l’appart penseront à racheter du liquide vaisselle. Cette plaidoirie n’a pas trouvé oreille bienveillante, vu que la vaisselle se résume à un trait d’eau chaude sur le plateau et que le vernis, ils en achètent déjà pour faire des blagues potaches. Tant pis pour la condition de la femme en Chine. Du reste, comment différencier un habitat chinois masculin d’un habitat féminin ici? On a déjà vu que le mauvais goût touche les deux rangs des belligérants, que les garçons affectionnent les ongles longs et soignés, que les femmes crachent et portent culotte. Pas facile de ce fait de distinguer les genres. En France, c’est fastoche. Si le matin ton colocataire ressemble à Chubaka, c’est un mec, spécimen avant rasage ; Mais les chinois sont imberbes, cette astuce ne marche pas ici. Essayons autre chose. En France, tu lances un « Bonjour ca va ? ». Il te répond : « boarf, ouais, ca se passe », c’est très vraisemblablement un garçon. Mais si il te répond « Mais pourquoi tu me demandes ça ? J’ai l’air moche c’est ca ? J’ai l’air d’aller moins bien qu’hier ? Je le savais, j’aurais du rester coucher, vous me faites tous braire je vais à la sd ». Ca c’est une fille. Mais en Chine, point de baignoire, donc point de velléité d’aller bouder sous la mousse – en plus du fait que tu ne sais pas dire Bonjour ca va en chinois. Résumons : le seul et ultime outil de différenciation des genres en Chine, c’est la crème blanchissante dans la salle de bains. Un mec n’osera jamais s’étaler un concentré de Tchernobyl aux extraits de Napalm pour avoir la peau plus claire, alors qu’il a été avoué publiquement au Karaoké dimanche que la gent masculine chinoise préfère la peau bronzée. 

 

 

 

Repost 0
Published by La Mouette - dans wizlamouette
commenter cet article