Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 août 2006 2 15 /08 /août /2006 03:27

Petit aparté horrifié pr vous signaler que je viens de faire le rapprochement entre la gelée noire qu'on a ..dégusté (?) au buffet du restaurant l'autre jour, et la publicité sur le gelée de tortue vue à la TV. Tout ça par le truchement efficace d'une SERIE ( rien n'est perdu, permis, me voilà) où les héros s'enfilaient chacun 1L de "gelée de tortue dans son petit pot de faïence" dans un restaurant spécialisé - visiblement c'est une véritable institution. 1L. bon. Juste pour que vous sachiez, ça a le goût inoubliable de la gélatine nature au charbon à laquelle on aurait rajouté un jus biiien amer. donc, bon, 1L...

 

Je rentre enfin dans les critères canoniques de la beauté chinoise, à savoir blafarde ( ma bonne santé prend quelques vacances), mais je me demande si les cernes noirs jusque sous les aisselles en font partie? C'était une question en passant.On sait pas, hein, les goûts sont différents ici : si le mulet revient à la mode, par exemple, ce sera grâce à la Chine; la mode chinoise revisite les 80's.Enfin j'espère pas être HS trop longtemps, parce qu'après avoir lu mes 5 pavés écrits tout petit (critère absolu de mes achats littéraires pré-séjour), mes magazines et la notice du micro onde, je n'ai plus rien a lire.

 

En me baladant sur le net, j'ai trouvé la prononciation chinoise des merveilles touristiques zeuropéennes. (je mets le lien, sinon Mr Dreyfus va surgir avec son petit fouet en plastique pour me dire que rhôô j'ai plagié www.julien.delrue.fr).Je comprends maintenant pourquoi ils ne me comprennent pas quand je parle mon anglais d'université. Au hasard (se mettre au préalable des pois chiches sous la langue, ça aide:

 

- Pali : Paris  - oui oui, comme Malie
- Loufou : Louvre
- plus dur : Aillefei'heure : Eiffel
- Xiang Cheulisié : Champs Elysées (en verlan?)

- Saïna : Seine
- Lousseinebao : Luxembourg
- Falannequeufou : Francfort - celui là est utilisé pour torturer les chinois dans les geôles...Allez!! encore!! prononce moi Francfort!! Allez!!Plus vite!!

- Seutoussiateu : Stuttgart
- Sheung Teuloupié : St Tropez!!
- Benne'tcheu : Benz ; Paocheutsié : Porsche

 

Xiang Cheulisié, Xiang Cheulisiéééééé, youhou !!

 

 

 

 

Repost 0
Published by La Mouette - dans wizlamouette
commenter cet article
12 août 2006 6 12 /08 /août /2006 03:17

Hier soir, mon serveur blog : " désolé page temporairement indisponible, trop de visiteurs sur la page(104 visiteurs)" Rhooo la blague  :)))))))

 

Les Chinois ont élevé la télévision au rang de sport national (après la sieste post chifan, n'exagérons rien. Cependant nous verrons que les deux ne sont pas incompatibles). Après 1 mois passé en Chine, le bilan est le suivant : j'ai passé en moyenne 90h devant les mélodrames colorisés des princesses médiévales et le cabinet d'avocats top "in" aux amours contrariées. C'est énorme, je tiens à préciser que sur ces 90h, 80 ont été largement passives, pour cause de "je lis mon livre", "je mange avec mes collocs", "je dîne au resto", "je comprends rien à l'intrigue", "je fais le ménage". Ne manque que le "je travaille", mais là les chinois savent raison garder et il n'y a pas encore de poste sur les lieux de travail.

 

Je vais donc crére un Superbrainwash Me. Rester 3h devant la télé tous les soirs, est ce que ça rend chinois?

 

Bon, j'aime beaucoup la télé chinoise, qui a le gros atout de me faire rire ("Fille qui rit, à moitié dans son lit"  paraît-il. Le jour où j'ai entendu ça j'ai bien rigolé, mais je suis bien partie aussi). 

 

Par exemple, les pubs sont impayables. De grands moments de bravoure, des chefs-d'oeuvres d'interprétation et un marketing à faire pâlir... hum...personne. Florilège : pour se laver, le chinois a le choix entre "Welch 100", "Welch 200", Welch 300"..."Welch 800". Son choix se fera donc en fonction de la couleur qu'il préfère - bleu pastel, anis pastel, rose pastel - parce que sinon j'ai pas compris la différence entre ces 8 bouteilles au format agréablement pharmaceutique. 80% des pubs sont pour des médicaments, fortifiants médicinaux, remèdes de grand-mère ou de l'abbé Jackie Chan , et ont le même fil directeur : 1 homme et 1 femme prennent le thé autour d'une table, l'une  a un problème, l'autre lui conseille le produit. Trrrès foooort!! Certaines pubs sont très courtes mais passées 15 fois de suite - le matraquage maoïste a fait des petits. J'ai également subi une pub reportage sur "comment un scientifique-restaurateur médical fait des élevages de tortues, et fabrique à partir de ces tortues broyées de la gelée noire fortifiante qui se vend comme des petits pains". La pub est très longue, on voit successivement le parc à tortue, le broyage-d'on-ne-sait-quelle-partie-de-la-tortue, le liquide en train de se gélifier, Mr le médecin, re-le liquide, re-les tortues, re-le médecin, des gens qui goûtent, des gens qui trouvent ça plutôt bon, re-les tortues, bref, si j'ai pas compris que c'est à base de tortue je suis vraiment corrodée du cortex.

 

Les news sont savoureuses. Elles durent en moyennes 4 minutes, et c'est déjà un exploit dans le pays de la non-information, et sont centrées sur la ville - les chaînes de TV sont municipales, voire régionales. On y apprend que la police a fait sa kermesse hier et que ça s'est trrrrès bien passé, que la dalle de la rue Win Hua Lu fuit (très préoccupante fissure sur le bord extrême droit), qu'un nouveau magasin de sièges (le 1096ème) a ouvert à Longjian. Les monstrueuses pluies du Nord de la Chine et les déplacements de population n'intéressent personne, comprenez bien .

 

Entre les infos et les séries, il y a un programme court type "Ton médecin te veut du bien"; sur une musique tout à fait nostalgique au piano (type l'Adagio d'Albinoni) : une femme dont seules les lèvres qui bougent trahissent qu'elle vit encore, fige son regard apathique et bienveillant sur le spectateur chinois et lui explique pendant bien DIX MINUTES qu'il faut boire quand il fait chaud, que le T Shirt dans la rue, c'est bien aussi, bref, toutes sortes d'infos utiles pour rendre la vie plus saine. Au début je croyais que c'était la minute littérature poétique de la TV chinoise. En fait non, ce sont vraiment de vraies gens qui parlent de vraies choses sérieuses. Epatant.

 

Le reste ne sont que séries. Le grand amour de mes colocs (enfin, surtout a Qin puisque Ellen va se coucher en général vers 21h. Ceci dit, elle a le loisir de s'en mettre plein les mirettes aussi avant). Les séries suivent un feuilleton quotidien, c'est à dire que TOUS les soirs immuablemnt, on a le droit à la palpitante suite des aventures de Tim, Maggie, Ken et HAzel (plus chinois tu meurs), la même série, la même intrigue. Qui d'ailleurs n'avance pas d'un micropoil, puisque la série est composée exclusivement de gros plans sur les visages ravagés de douleur-z'et-de-larmes du protagoniste en perdition. Ca pleure beaucoup beaucoup dans les chaumières, c'est terrible, je sais pas comment ils font pour garder le moral avec ceux qu'ils subissent tous les soirs à la télé. Ce qui m'interpelle, c'est que l'intrigue semble être toujours la même, que l'histoire se passe dans un cabinet d'assurance HKongais ou dans la Corée Médievale. Bref, JE N'EN PEUX PLUS,haro sur le gros plan, je connais tous les pores de la peau de tous les personnages. Ceci dit (spéciale cassdédi du ceci-dit à Tibus), belle peau, les chinois.

 

 

 

 

 

Ah oui, précisons: à l'appartement, nous avons 50 chaînes. Au secours, je vais me petit-suissider.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by La Mouette - dans wizlamouette
commenter cet article
9 août 2006 3 09 /08 /août /2006 08:55

La Chinoise a un pire ennemi : le soleil. Et un meilleur ami: le parapluie. Ce n'est même plus un ami, à ce stade, c'est un 3e bras ( parabolique, soit). Donc, lorsqu'il pleut, elle l'ouvre, lorsqu'un mini rayon pointe son rai, elle l'ouvre encore plus  - si si c'est possible. Et pis encore - oui mamie - quand il ne pleut pas et qu'il y a des nuages, elle l'ouvre encore parce que le soleil, c'est méchant. Je ne sais pas quelles histoires on leur a raconté sous la couette quand elles etaient gamines, mais à ce rythme là, bisounours va passer pour l'exorciste.

Bref, j'ai bien essayé  ce matin de lui prouver que sur une distance de 800m (à savoir maison-bureau), elle ne passerait PAS de ça

                       <--         à ca         -->                           ,

 

 

 

 

 

 

 

surtout que le plafond de cumulus forme en cette riante matinée un accueillant parefeu et le brouillard (la pollution) cache les carcasses de poulets morts un peu partout, donc a fortiori ce n'est pas aujourd'hui qu'on brunira, mais rien à faire, miss A Qin ouvre farouchement son umbrella, me demande avec sollicitude si je ne brûle pas trop (non, ça va, attends je regarde si mon bras gauche ne se calcine pas), et commence à raser les murs jusqu'à la factory parce que bon, parfois, les rayons ça se perd, c'est comme les balles (perdues).

C'est ainsi que sur la route, on peut voir des femmes sur leur vélo, avec des protège-bras genre écrivain comptable des années 20 sans le bic sur l'oreille, un chapeau, une ombrelle, un parapluie. Ceci dit , le chauffeur de bus kamikaze a une meilleure perspective sur sa cible.

Moi je continue de me balader allégrement bras et jambes au soleil, et elles me soutiennent mordicus(j'adore ce mot) que je suis bien plus blanche qu'elle. J'ai un peu peur , on sait jamais, il se peut qu'elles aient un filtre spécial qui me coure de farine dès que je rentre dans leur champ de vision. A vérifier.

Repost 0
Published by La Mouette - dans wizlamouette
commenter cet article
8 août 2006 2 08 /08 /août /2006 06:19

Ellen est revenue du Hunan, où ses parents habitent dans la montagne avec ses grands parents et la petite fille (2 ans) de son frère. Cette visite annuelle était motivée par la necessité de récupérer dans sa province d'origine des papiers administratifs pour son passeport (ellen n'est jamais allée à HK). Les chinois doivent impérativement rentrer dans leur contrée pour acquérir ce genre de papiers, bonjour la complexité de tout changement de statut....

Le voyage durait 6h en train, plus les bus et divers sous le soleil, puis la pluie, puis la poussière. Je ne m'étends pas sur ces détails simplement pour poser le décor de la série "Ellen dans le Hunan", "Ellen à Longjian"... etc, mais pour vous donner un aperçu de l'odeur qui s'est dégagée du grand sac plastique de victuailles (aïe) quand elle l'a ouvert dans le bureau. En deux minutes l'odeur a phagocyté tout l'espace vital le privant d'oxygène, des fourmis sont sorties mortes repues de tous les petits sacs plastiques collants et odorants,  des remugles de viande fermentée m'ont colonisé les sens. Et lorsque j'ai entendu le glorieux "chifaaaaaaan" clamé par une Ellen ravie et dont les yeux attisés par la gourmandise poignardaient mon clavier encore actif, je me suis littéralement liquéfiée. Oups je reprendrais bien du riz d'hier, promis je me plaindrai plus... non? bon.

                                                     

(j'ai chaud à la tête et au ventre)

Bon, j'ai survécu. On est Koh Lanta ou on ne l'est pas. J'ai tenté le riz confit dans les feuilles de banane et les prunes sechees de la maman d'Ellen, c'est ce qui sentait le moins fort. Abstraction faite de l'odeur pestilentielle, c'était tout à fait ingurgitable. Je me suis quand même désinfectée les molaires avec un Carambar - mon dernier du paquet sauvegardé de France.

(Ca me gratte partout c'est normal?)

Message personnel du chauffeur de taxi à Aurélie et Léa: il aimerait récupérer son CD pour que je puisse m'égosiller avec lui sur de la techno sinodébilitante. Je n'aurais jamais du fredonner l'autre jour au moment où on allait exploser un cyclomotoriste sans casque mais avec poule. La tension m'a fait divaguer, certainement. Toujours est-il qu'il est persuadé que j'ai le gène karaoké. J'ai abondamment insisté sur le fait que vous étiez en France, et que La Poste ça marche mal en Chine du Sud. Mal m'en a pris : certes il a abandonné son idée de récupérer son CD, mais il a téléphoné à son frère pour un nouvel opus  plus new, plus MIEUX , PLUS FORT  de ses chansons préférées. Bouin. Peut être que les prunes séchées ca s'utilise en boules quiès?

 

(J'ai des plaques mauves sur les bras, et j'ai fondu de la partie droite de la tête)      

 

Repost 0
Published by La Mouette - dans wizlamouette
commenter cet article
6 août 2006 7 06 /08 /août /2006 05:18

Constat définitif --> je suis aux Chinois de Gaomin ce que Pluto est aux enfants de Disneyland: un grand truc marrant et jaune auprès de qui on peut faire des photos. Pour le jaune, on repassera, mon foie se porte plutôt bien en ce moment. Hier par exemple je bois un verre avec A Qin dans un petit boui-boui néanmoins climatisé de Win hua Lu - rue principale de Gaomin. Je lui ai demandé un jus d'orange, boisson que j'estime la plus safe parce que je ne vois pas trop comment ils peuvent la trafiquer... la dernière fois je me suis retrouvé avec un jus de pastèque d'une aberrante couleur fushia, qui tenait plus du pastis à la cerise avec son petit pot de sucre à coté quelquefois que vous vouliez accélérer le processus de caramélisation de votre coeur, qu'au frais jus de watermelon pressé de mes fantasmes. On finit donc nos plats, et au moment de partir, ç'est défilé de l'armada des serveurs du café à mon coté pour avoir leur photo immortalisée. Je parie qu'on peut superposer les clichés, il n'y a guère que la coiffure du serveur qui change: crête, oursin à moitié mort (pas assez de gel), frange longue, coupe au bol, bref, j'ai eu l'échantillon de la jeunesse masculine locale. Le reste, leur tablier orange, moi sourire crispé à coté, décor autour, rien ne bouge (comme dirait Chacha, en Chine, rouge sur rouge, rien ne bouge). N'ayant  pas décalé d'un poil de la première à la dernière photo, on pourrait me découper, me mettre sur une planche en carton et faire une silhouette à mes cotés avec la tête découpée, comme ca les clients du café pourrait, en plus de leur verre, prendre une photo avec Pluto. Fête foraine, service gratuit.

 

A Qin me questionne au sujet de la musique que j'écoute et qui passe en Europe. J'ai tenté de télécharger des clips du moment , mais ils devaient être trop osés (bon, ok, Pussycat Dolls... ;) ) donc c'est bloqué en Chine. Ceci dit j'ai fait un essai en tapant Nana Mouskouri - je sais pas, ya peut être un remix - mais je doute qu'elle ait jamais fait de clip vidéo. Je n'ai pas trouvé. Ceci dit je vais bien trouver quelque chose qui lui plaît, pour tout dire, sa chanson préférée c'est "Hélène, je m'appelle Hélène, je suis zuneu filllle, comme les zaauuuuttreeeu". Y'a de l'espoir. Comme me disait Magalie, protège tes oreilles! le problème est qu'il ne me reste plus qu'une demie boule Quiès, pendant le déluge de Noé, on n'a pas pu aller faire les courses, et de famine j'ai mangé l'autre moitié (exact, je n'en avais qu'une à la base et alors? j'ai de petits conduits auditifs, qui sait je pourrais peut être être recrutée pour un film un jour grâce à cette particularité. Clap clap clap).

Nan, je rassure maman - qui sinon va dépêcher un avion de ravitaillement de la guerre 14-18 pour larguer des sacs de riz (noooon , pas du riiiiiz) au dessus de ma province - on a quand même réussi à manger correctement ;)

 

Post Scriptum : Aujourd'hui 6 août, j'ai dans la nuit passé ma ceinture noire d'éclatage de cafard à la tong. Distance 1m87 de la Cible. Tremble, Nouille.

 

Repost 0
Published by La Mouette - dans wizlamouette
commenter cet article
4 août 2006 5 04 /08 /août /2006 06:21

Météo: Aujourd’hui, 89% d’humidité dans l’air, dans 1 %, je deviens amphibie. Au mieux, je moisis.

 Luminosité : tu prends un papier crépon gris, tu le mets devant tes yeux, tu te mets sous ta douche et tu vois ce que tu peux (si tu as du mal, n’hésite pas à demander de l’aide à ta maman)

 

 

 Hier, 17h46 : il reste 14 minutes au typhon pour se calmer de trois degrés sur l’échelle de Richter, avant que nous ne soyons à la porte de l’usine et que je perde ma moumoute – aucune envie de dormir la bas, il n’y a ni électricité, ni provisions, alors Koh Lanta, très peu pour moi.

 18h : bon, la pluie a redoublé d’intensité. Pas compris visiblement, c’est un peu mon drame en chine, je parle mais personne ne me comprend. Courbée en deux, je plonge mon mollet droit dans la rivière de la rue, demain c’est juré je mets des tongs. Les baleines de mon parapluie prennent chacune une direction différente, c’est la fête. Il n’y a personne dans la rue, c’est vachement rassurant…On avance à deux à l’heure le long des bâtiments, mais rien n’y fait, mes vêtements trempés font une superbe prise au vent et la force des bourrasques nous fait dériver dans les flaques-piscines des chaussées. Demain, maillot. En traversant la route, je slalome entre les motos qui n’ont plus aucun contrôle, qui de plus se font super insistants pour ramener les piétons chez eux. Pas folle la guêpe, t’arrives déjà pas à garder ta trajectoire et à freiner par temps sec, j’ai pas envie de tester l’aréoglisse aujourd’hui. Je glisse de toute façon sans arrêt toute seule, A Qin s’est déchaussée mais il y a deux minutes j’ai dérapé sur une canette aplatie qui s’est avérée être un crapaud bousillé, alors j’hésite. Pas envie de chopper la lèpre scrofuleuse.

 20h15 (nan je plaisante) J’arrive pas à le croire : on est arrivées à l'appartement (enfin, apparemment, parce que j'ai du mal à apercevori mon nez). Dehors on pourrait toucher le ciel tant le plafond est bas et menaçant, mais j'essaye pas, il paraît que ma taille donne des complexes aux chinoises, donc si j'arrive à en toucher un, ils vont redevenir un peuple cannibale.  Nos affaires mises à sécher n’ont pas séché cette nuit… mais c’est pas grave, il fait le même temps aujourd'hui…et ce sera pire demain

 

 

 

Repost 0
Published by La Mouette - dans wizlamouette
commenter cet article
4 août 2006 5 04 /08 /août /2006 03:12

Le plus petit aussi. D'aucuns diraient que c'est le Gérard Jugnot de l'Empire du Milieu, mais ce n'est dû qu'à son début de calvitie, phénomène assez rare ici (cf la densité capillaire de rigueur pour que l'oursin mort se dresse glorieusement sur le sommet du crâne). Grand fournisseur de glaces et autres undays s'il en est.  bref, notre ami PeterAu passage, ne me demandez pas ce qu'il faisait avec ses mains, il ne le sait pas non plus (Tsing Tao et Karaoké obligent)

Et on notera la déco assez subtile du lieu, c'est un lieu de la nite, c'est beau, c'est kitsch, c'est tendance.

Repost 0
Published by La Mouette - dans wizlamouette
commenter cet article
3 août 2006 4 03 /08 /août /2006 05:25

Dehors, je ne vois rien, dedans non plus (la fenêtre de mon bureau fuit). Je viens de voir passer l'épave du Titanic en dérive depuis le pôle par ma fenêtre. Adieu

Bon, je ne suis pas qu'un ventre, cette critique est tout à fait hors de propos ici, simplement, vous l'aurez remarqué, l'occupation principale et la préoccupation quotidienne du chinois est de manger, de trouver quelque chose à grignoter, de buter sur des marchands ambulants dont les victuailles baignent à l'heure où je vous parle dans plus d'un mètre d'eau (la tendance Noé revient, c'est officiel), de cracher des cartilages de poulet et de se pyrolyser la luette à coups de piments huileux.

Quelle ne fut donc pas mon horreur quand A Qin me dit hier, après le départ d'Ellen pour sa province pour une bonne semaine:  "hem, Malie, I don't know cook, Ellen is the only one know" (l'anglais approximatif est retranscrit tel quel, ne vous moquez pas, je parlerai aussi aléatoirement l'anglais à mon retour; adieu mon examen de compétence en langues ;)). Sur ces bonnes paroles, un ange passe.Incrédule et vaguement inquiète,je  nie: "Mais A Qin, tu SAIS cuisiner, tu nous a fait quelque chose de très bon l'autre fois". Peu à peu, je sors de mon apathique horreur en comprenant que si elle ne sait pas faire le canard laqué, ma soupe de riz du matin au moins est saine et sauve. A Qin a qd même quelques notions de cuisine, même si ellen s'en charge habituellement. D'ailleurs, hier, A Qin nous a carbonisé pour le dîner deux sardines au micro ondes, puis les a disposées artistiquement (enfin, aussi artistiquement qu'on peut disposer des sardines tordues en spirales sous l'effet de la cuisson brutale et prolongée) sur un lit de je ne sais pas quoi noires et très .. heum... goûtues. Pour ceux qui ont eu la chance de partager les repas des enfants pendant un mois en Roumanie - et ceux qui ont survécu - ce sont les mêmes baies?/champi?/fèves macérées? qui nous ont poussés à la révolte le 23e jour... Ceci dit, comme il y a toujours plus d'un plat, ainsi que le sempiternel bol de riz, le repas a été très apprécié, sutout après la perspective furtive mais heureusement infirmée du néant culinaire de la semaine qui vient.

Le pire, c'est que je sais aussi cuisiner, j'adore ça, et ça me manque beaucoup. J'ai même proposé un premier temps de faire un gateau aux filles, qui ont accueilli la nouvelle comme si j'étais Dalida, mais voyez vous, il n'y a ici ni farine blanche, ni beurre, ni four. Le seul ustensile de cuisson dont je dispose, c'est le microwave-massacreur-de-sardines (au passage j'ai glissé à A Qin que chez nous, on les mangeait au sortir de la boîte de conserve, et que c'était également déicieux. Le message n'est pas passé j'en ai peur). J'ai bien pensé faire des crêpes, mais dans un Wok elle vont avoir la forme d'une parabole TPS avec un cône par dessous,  il est impossible de régler la plaque chauffante puisque ce n'est pas du gaz mais une espèce de plaque en fonte (en gros la cuisson c'est ou froid ou bouillu) et en plus je n'ai pas de farine. Bref, me voilà bien marrie (uhuhuh). Mais je n'abandonnerai pas.

 

Pour vous tenir en haleine, ce soir, je mets en ligne l'ignoble "photo future lauréate du Guiness des records" du beignet fourré à la graisse de porc, chaud  - donc exsudant la graisse liquide par tous les pores de sa peau de beignet.

 

PS : si ce soir la photo n'est pas en ligne, c'est que nous sommes bloqués à l'usine sous 2 mètres d'eau, ou bien que je me suis envolée vers Canton propulsée par la force de la tempête sous mon parapluie. J'en profiterai pour chercher là-bas si il n'y a pas de farine.

PPS : on vient de tirer au sort qui allait chercher le repas dehrs. Ce n'est pas moi. J'ai une chance de survivre .

Repost 0
Published by La Mouette - dans wizlamouette
commenter cet article
2 août 2006 3 02 /08 /août /2006 10:02

Hier, Georgette* ( les noms ont été volontairement modifiés pour respecter l'anonymat - et c'est le premier nom qui m'est venu à l'esprit. Tut tut tut, ça passe tout à fait bien) me fait la remarque que je ne raconte pas assez ma vie au quotidien, que les anecdotes ne lui permettent pas de savoir comment je vis tous les jours etc. Je me lance, peignons à grands traits les croustillantes composantes de ma vie quotidienne :

- la climatisation de ma chambre est sur 29°C.

- Cependant, le soir quand je rentre, je la baisse à 25°C(mmmmh, oui, vous pouvez vous permettre un hochement de tête interessé)

- ma serviette de toilette est blanche (mais ne le restera pas longtemps), striée de bleu

- il y a 15 minutes entre mon immeuble et la factory, et parfois, le feu passe au rouge!!!!!! (wouaaaaah)

Bref, vous voyez déjà mieux comment je vis. Non, mais sans rire, je peux par exemple vous dire que mon appartement comporte un grand salon, 3 chambres, 2 salles de bains, une petite cuisine tout en long et trèèèès peu équipée, un balcon, qu'il est situé dans un des 4 immeubles d'une résidence fermée par une guérite de gardien (14 gardiens au moins fort de la bataille, dans un espace de 4m² - plein emploi), et au bord d'une route qui a l'activité d'une autoroute, puisqu'elle va de Canton à je ne sais où 200km plus loin. Mais sinon, rien de la base de ma vie quotidienne ne saurait vous tenir éveillé plus de 3 lignes, donc je préfère les anecdotes - Ni vu ni connu, je viens de justifier ma ligne éditoriale, je suis prête à faire acte de candidature à l'OFP.

Aujourd'hui on attendait le logo CFE de l'entreprise Creaform (pour laquelle je travaille, pour ceux qui ne suivraient pas, mais là, c'est vraiment de la mauvaise volonté. Toujours bien lire l'énoncé était le leitmotiv paternel de mes vacances d'été). Soudain Ellen explose de rire, je m'approche et je découvre sur l'écran un C bien ormal, un E tout à fait acceptable, mais qui entourent un F qui a , au choix, la forme d'une femme enceinte qui se gratte le coude en l'air, ou d'un danseur de flamenco sans son tutu. Je passerai sur la couleur mauve, qui personnellement me rappelle les twins sets d'Angela dans la série "Arabesque". Je crois que je n'ai pas réussi à calmer les fous rires d'Ellen pendant l'heure qui a suivi, je crois qu'elle ne s'attendait vraiment pas à ce genre de design, surtout quand on sait que ce n'est pa sla fantaisie qui l'étouffe ;) En revanche j'attends avec impatience le nouveau logo, peut être aura t'on droit à un F  version "le Tibet fête Halloween" - quoiqu'on a pas mal freiné l'élan créateur du webmaster en lui demandat de se cantonner au bleu.

  Plus tôt dans la journée ça avait déjà été la lutte pour trouver le nom de domaine, à chaque fois qu'on en choisissait un, le webmaster téléphonait pour dire que non, décidément, celui là non plus n'était pas possible. J'ai bien proposé www.ellensemarre.cn, mais il y avait trop de lettres paraît il. www.pattedepouletbouillie.cn aussi, imprononçable. Ce n'est pas tant l'annulation répétée de nos choix soit disant définitifs qui me fatiguaient, c'est plutôt qu'à chaque coups de fil, Ellen hurle en chinois dans le téléphone comme si elle téléphonait à un tunnel du Hunan, qui, ont le sait, à l'ouïe plutôt difficile. Meme si elle entend bien, elle hurle. C'est comme ça. Ca s'appelle la persuasion par lassitude adverse.

 

 

Repost 0
Published by La Mouette - dans wizlamouette
commenter cet article
1 août 2006 2 01 /08 /août /2006 11:44

Comme chaque matin je travaille en écoutant Europe1 - enfin les podcasts d’internet, parce que si d’aventure je veux écouter en live, déjà je me tape le matin  les heures les plus creuses de la nuit où ils repassent Tino Rossi alors que c’est même pas Noël, et en plus il y a des interruptions et des phrases qui sautent  toutes les 2 secondes - J’ai demandé à Ellen si cela ne la perturbait pas dans sa concentration toute chinoise, mais comme de toute façon elle ne me dira jamais non, j’ai quand même mis un écouteur par bonté d’âme. Un seul : si elle veut me parler je ne suis pas une caricature autiste,  et je peux quand même écouter la radio. Donc, ce matin, j’écoutais une émission au hasard quand l’animateur, un peu survolté déjà à la base,  me lance un beau – petite pause : je dis « me » parce qu’à cette heure là je dois être la seule à me repasser l’émission, et de toute façon la seule à repasser l’émission tout court – un beau « le corps apparaît alors dans sa resplendissance ». J’ai failli en avaler mon cartilage de poulet de travers (je reviendrai sur cet épisode malheureux plus tard). Je me dis heureusement qu’ici ils ne comprennent pas le français, j’aurais eu honte de ma langue et de ma radio. Mais par ailleurs y’en a 400 000 autres qui ont écouté ça à l’antenne et qui vont ressortir un « dans sa majestuosité de resplendissance » au bac, pensant que ca rapportera gros. Pauvre France. Et ça ne fait que 20 points au Scrabble (je sais, je connais la valeur des lettres par cœur).

 

 

Donc, je me suis encore fait avoir. LE petit cartilage de poulet subtilement introduit dans le paragraphe ci-dessus, et il n’y en aura pas d’autre vous pouvez me croire, m’a été traîtreusement proposé par Ellen, qui me sort tous les jours de sous son bureau des inepties alimentaires qui vont de mal en pis (de Charybde en Sylla, pour les littéraires qui préparent leur entrée vous savez où en septembre ;) ). Ce matin elle me tend un paquet huileux, je me dis « allez ma fille, on va pas faire sa diva tous les jours, goûte, au moins ». le cartilage déjà dans ma main, entouré de sa peau translucide et grasse me fixe déjà d’un œil narquois quand je m’enquiers « C’est pas épicé au moins ? ». Ellen me fait non de la tête, mais il faut savoir une chose, c’est que Ellen mange les piments par poignées et ça lui pique même pas les yeux. Je l’enfourne pour ne plus l’avoir en perspective, ça y’est je ne sens déjà plus mes lèvres, ça craque, ça brûle, j’ai les dents qui patinent et le sourire qui faiblit. Je me frotte un œil pour faire diversion, et là c’est la cata : j’ai du piment dans l’œil. Pour une fois que je n’étais pas habillée en rouge, mon œil prend le relais (au passage, ça brûle quand même intensément). A midi, elle me repropose du piment sous forme de condiment, et  là je l’assassine en lui disant que je vais aller habiter à Gaomin si elle continue d’attenter à ma vie. Elle rigole. Moi aussi : ceci n’est possible que depuis 20 min, l’heure à laquelle ma langue a enfin dégonflé de l’épisode cartilagineux.

 

 

Je pense que le piment a déjà commencé à m’attaquer le bulbe par le nerf optique, parce que ce matin j’ai vu un banc de vieillards marcher à l’envers en pyjama sur la route. Ce n’était pas une assemblée statique de Tai Chi, nan, mais un vrai marathon, on aurait dit qu’ils se rendaient au marché. Je sais pas si ils ont l’impression de remonter le temps, en tous cas c’est super dangereux quand ils traversent.

 

 

 

Repost 0
Published by La Mouette - dans wizlamouette
commenter cet article